« En général, je ne suis pas du tout fan des émissions de télé-réalité » pourrait-on entendre dans les cocktails dînatoires et non moins ostentatoires….

Serait-ce une question de génération (je préfère poser la question avant qu’on ne me demande mon âge…) ? Ou de réputation (pour vivre mieux, regardons cachés …) ? Tant pis pour la réputation, j’avoue ne pas bouder mon plaisir à regarder certaines rediffusions de l’émission « Maisons à Vendre » animée par Stéphane Plaza. Tout comme près d’1,5 millions de téléspectateurs d’ailleurs…

Rappel du principe de l’émission : le présentateur et ses décoratrices d’intérieur aident des propriétaires à vendre leur maison en la rendant plus attractive pour les futurs acheteurs. Dit comme ça, rien de bien excitant. Alors, qu’est-ce que cette émission réveille en moi (devrais-je dire en nous ?) alors que je fuis la téléréalité ?

Un sujet qui attire les français frappés de décomania

L’immobilier et la décoration d’intérieur passionnent de plus en plus. Et je n’échappe pas à la règle. Ainsi, plus de 3 Français sur 4 (77 %) se montrent intéressés par le sujet de la décoration intérieure, parmi lesquels 40 % se disent même « énormément » ou « beaucoup » intéressés (sondage ipsos pour But 2014). Il faut dire que le logement a bien changé ces dernières années. Pendant longtemps, son petit chez soi était un cocon protecteur, un lieu de repli. Désormais, huit Français sur dix disent qu’ils aiment bien recevoir à la maison. C’est devenu un lieu de convivialité pour les amis, la famille. On recrée du lien chez soi… Côté inspiration et conseil, plus d’1 Français sur 3 estime avoir « besoin de se faire conseiller pour savoir comment décorer son intérieur », et 37% admettent qu’ils aimeraient s’occuper davantage de leur décoration mais sont bloqués par le manque d’idées. Par ailleurs, 9 Français sur 10 admettent s’appuyer sur au moins une source d’influence pour trouver leurs idées en matière de décoration…

Le sujet sur lequel surfe l’émission, les conseils pratiques qu’elle dispense et les différents univers déco qu’elle met en scène semblent donc répondre à un intérêt partagé par les français… de là à parler d’intérêt général 🙂

La structure : une narration qui fonctionne

Maison à Vendre est scénarisée selon une structure narrative classique. Rien d’original, mais une structure bien huilée, efficace, écrite pour durer…

  1. la situation initiale. En guise d’introduction, l’animateur présente le contexte (la ville, le quartier du bien). Vient ensuite la présentation de la famille, et son histoire liée au bien qu’elle veut vendre. Des profils divers et des situations plurielles vécues par Madame et Monsieur Toulemonde…
  2. l’élément perturbateur. C’est toujours le même : ils n’arrivent pas à vendre leur bien, et cela met leur projet de vie en péril. Maison à vendre s’occupe essentiellement des personnes en détresse, qui ont déjà tout tenté pour trouver des acheteurs. Ce qui les positionne en tant que sauveurs… On le sait d’emblée, mais le déclencheur d’empathie marche quand même…
  3. les péripéties. Visite de Stéphane Plaza et partage de son analyse – Présentation de la décoratrice et de sa proposition de transformation du bien – Désencombrement ponctué des maladresses de l’animateur – Home staging, conseils pratiques et travaux.
  4. résolution ou dénouement – la maison est transformée, c’est souvent bluffant – les visites donnent lieu à une vente dans près de 9 cas sur 10.
  5. la situation finale + un conseil.

Et en guise de générique, un bêtisier des scènes coupées, qui augmente le caractère authentique et maladroit de l’animateur. Ça ne mange pas de pain et ça fait sourire…

Donc, pour résumer, on a une histoire vraie, des personnages authentiques, un animateur attachant, maladroit et bienveillant, un problème à résoudre, des rebondissements, un effet waou de la transformation, et une happy end. Avec autant de situations de vie que de familles filmées, autant de configurations et de décors que de maisons transformées, autant de sources d’inspiration que les tendances du moment exprimées dans les décorations… Les clés d’un storytelling vidéo à succès !

Voici un exemple de vidéo dessinée présentant les services de home staging

En savoir plus sur l’étude IPSOS :
https://www.ipsos.com/fr-fr/de-la-maison-cocon-la-maison-salon-les-francais-lheure-de-la-deco-manie

Voir les commentairesCacher les commentaires

Ajouter un commentaire